Eleveurs-producteurs
SCEA du Chêne Blanc
PRODUCTION Chèvres

Philippe Robin

Localisation : Pougnes-Herisson (79)
Animaux : Plus de 200 chèvres laitières
Accueil » Ambassadeurs » Eleveurs-producteurs » Philippe Robin

Les chèvres de Monsieur Robin

Au cœur des Deux-Sèvres, Philippe et Valérie Robin élèvent des chèvres et déclinent, dans leur fromagerie, toute une gamme de produits frais et Bleu-Blanc-Cœur.

« Elles m’ont toujours plu. » Installé sur la ferme familiale, voilà plus de trois décennies que Philippe Robin veille sur ses chèvres laitières, sur leur alimentation et leur bien-être. Un parcours de producteur passionné, qui a fait évoluer sa structure pour gagner en liberté et en qualité. « J’ai démarré avec 220 chèvres, et puis avec le temps, il a fallu faire des choix ». Le travail en solitaire, les contraintes laitières, la fatigue, « ça pèse lourd au bout de 15 ans ». En 2008, Philippe Robin décide alors de sauter le pas, en agrandissant son troupeau. Une décision qui lui permet de conforter son exploitation, et d’embaucher du renfort. « Pour continuer, il fallait changer quelque chose. » Le bâtiment est revu pour accueillir plus d’animaux et améliorer leur confort, un sujet auquel l’éleveur est « très attentif ». Sa femme, Valérie Robin, commence à travailler à ses côtés, et de nouveaux projets sortent doucement de terre.

« J’avais envie d’aller au bout de mon produit. » C’est dans l’arrière-cuisine de leur maison que seront fabriqués les premiers fromages de la SCEA du Chêne Blanc. Des essais concluants, puisqu’en 2014, une fromagerie voit le jour pour mieux valoriser le lait des chèvres. Cendrés, affinés, épicés, en palet ou en brique, ils sont désormais nombreux à parader à la carte, vendus sur place, ou en circuit court « sur un rayon de 80 kilomètres », aux magasins et groupements de producteurs, comme la Ruche qui Oui, ou aux collectivités locales. Quatre ans après le premier atelier, Philippe et Valérie Robin lancent un deuxième espace de transformation pour fabriquer des produits ultra-frais, comme les yaourts ou les fromages blancs. « La gamme s’étoffe au fil des ans ! » Côté coulisses, pas de secret : ici, les visiteurs sont les bienvenus, dans la fromagerie comme dans l’élevage, qui comptent désormais mille chèvres. « Il faut être cohérent sur toute la ligne et ouvrir ses portes aux consommateurs. Le bien-être animal doit être pris en compte, sinon on n’est pas crédible. » S’il songe déjà aux prochaines optimisations à mettre en œuvre pour améliorer les conditions d’élevage de ses bêtes, pour leur alimentation, il a choisi la filière Bleu-Blanc-Cœur, découverte en 2018 grâce à un ami éleveur de vaches laitières. « C’était en adéquation avec mes valeurs et ma recherche de qualité concernant la nutrition et la santé animale. Les chèvres sont des animaux fragiles, il faut être très pointilleux ». Les résultats qu’il obtient sont visibles, et l’obligation de résultats imposée par la démarche lui permet d’appuyer son discours auprès des consommateurs. Tous ses produits, des fromages aux yaourts, sont estampillés Bleu-Blanc-Cœur. Pour lui, il est essentiel de pouvoir ainsi « faire le lien ». De la terre à l’assiette, en passant par le métier d’éleveur. Un métier, dont la réalité peut être difficile, mais auquel il a bien décidé de redonner du sens : « Sinon, on ne se lève pas à 5 heures du matin, en plein hiver, pour aller traire des chèvres. »