Une étude clinique en cours sur le lien entre alimentation des mamans et composition du lait maternel

Bleu-Blanc-Coeur

03/31/2021
Accueil » Actualités » Santé humaine » Une étude clinique en cours sur le lien entre alimentation des mamans et composition du lait maternel

Bien alimenter son futur bébé est une préoccupation importante pour tout parent. L’étude clinique ALLAITEMENT, promue par le CHU de Rennes et soutenue par la région Bretagne, vise à étoffer les connaissances scientifiques en matière de nutrition périnatale. Elle est le fruit d’une collaboration pluridisciplinaire entre plusieurs services du CHU de Rennes (l’Unité de Nutrition, l’Unité d’Investigation Clinique, la Direction de la Recherche et de l’Innovation, le Centre de Ressources Biologiques) et de nombreux partenaires (l’INRAE, l’Université Rennes 1, Valorex, l’association Bleu- Blanc-Cœur et Système U).

L’idée est de mesurer l’impact de l’alimentation des mères pendant la grossesse et l’allaitement sur la composition du lait maternel et aussi sur le microbiote intestinal du nouveau-né.

Les précieux 1000 premiers jours de la vie

1000 jours : c’est le temps qui sépare le jour de la conception du jour où il faut souffler ses deux premières bougies. 1000 jours cela parait long mais en fait ça passe très vite, d’autant que c’est une fenêtre temporelle importante pour la santé de toute une vie.

Plusieurs études ont montré que beaucoup de facteurs extérieurs au code génétique, notamment l’alimentation, peuvent favoriser ou freiner la traduction de nos gènes en protéines (ces minuscules ouvriers qui font fonctionner notre corps). C’est ce que l’on appelle l’épigénétique et ce mécanisme peut impacter de façon positive ou négative notre vulnérabilité face aux maladies de civilisation telles que l’obésité ou le diabète.

L’alimentation de la maman pendant la grossesse et la composition de son lait maternel sont donc des facteurs déterminants qui valent le coup d’être observés de près afin de formuler les recommandations les plus bénéfiques possibles pour la santé des générations futures.

Du bon gras pour mon bébé

Parmi les nombreux constituants précieux du lait maternel, l’étude ALLAITEMENT s’intéresse particulièrement aux lipides qui peuvent se retrouver dans des proportions différentes selon les choix alimentaires de la maman. D’ailleurs les recommandations de l’ANSES concernant la consommation d’acides gras de type oméga 3, ne sont pas totalement suivies par 98,8% des français, et les femmes enceintes et allaitantes ne font pas exception.

Pourtant, des apports équilibrés en lipides sont importants à cette période car ils contribuent à un développement optimal des systèmes nerveux et immunitaires du bébé.

Durant cette étude clinique, les lipides sont passés au crible par différents moyens:

  • questionnaires alimentaires,
  • prise de sang de la maman pour caractériser les lipides contenus dans ses cellules,
  • et bien sûr analyse des lipides du lait maternel.

Il s’agit de voir dans quelle mesure les lipides consommés par la maman au travers son alimentation et à partir du 3ème trimestre de grossesse modulent la composition en lipides du lait maternel pendant la période de lactation.

80 femmes enceintes volontaires à recruter !

Le recrutement de volontaires est toujours en cours et il est prévu d’inclure au total 80 femmes du bassin rennais.

L’idée est aussi d’impliquer au maximum les professionnels de la santé et de la périnatalité afin d’assurer une communication large des résultats obtenus et permettre une diffusion de messages nutritionnels clairs et unanimes vers les futures mamans.

En plus de la satisfaction de faire avancer la recherche en nutrition périnatale, les mamans volontaires bénéficient d’avantages en nature (produits alimentaires, bons d’achats).

Déroulement de l’étude : 3 visites au CHU à prévoir

Après avoir été aiguillées par un professionnel de santé, les mamans doivent se rendre, pendant leur deuxième trimestre de grossesse, au Centre d’Investigation Clinique du CHU de Rennes, sur le site de Pontchaillou, pour un premier RDV afin de concrétiser leur participation à l’étude.

Cette visite permettra de donner à toutes les mamans le même niveau d’informations sur l’étude, vérifier qu’elles répondent aux différents critères de sélection (intention d’allaiter, absence d’éviction alimentaire…) et leur donner des conseils nutritionnels.

Puis deux autres visites ont lieu après l’accouchement pour collecter un peu de lait ainsi qu’un gramme de selles dans la couche de bébé pour caractériser également la composition de sa flore intestinale, aussi appelée microbiote.

Le microbiote : tout un écosystème dans un petit ventre

Un microbiote c’est une zone où se développent des micro-organismes qui interagissent avec leur environnement. Le corps de la maman en abrite plusieurs, notamment les microbiotes buccal, vaginal, mammaire et intestinal.

Les microbiotes sont importants car ils nous aident à nous défendre contre les micro-organismes pathogènes et interviennent dans des fonctions physiologiques. Par exemple le microbiote intestinal intervient dans la digestion en aidant à la dégradation des aliments et il a aussi la faculté d’envoyer des messages à d’autres organes du corps.

Gaëlle Boudry, chercheur à l’INRA, dont l’équipe s’occupera d’analyser les selles des nouveau-nés pendant l’étude clinique, explique comment se déroule la digestion et l’importance du microbiote intestinal

Si l’accouchement se fait par voie basse, la maman transmet à son bébé une partie de son microbiote vaginal. Puis lors de l’allaitement il y a un transfert de bactéries du microbiote mammaire au microbiote intestinal du nourrisson via le lait maternel.

En fonction de ce que l’on mange, les bactéries de nos microbiotes sont différentes et cela peut avoir un impact sur notre humeur et notre vulnérabilité à développer des maladies. Dans le cadre de l’étude clinique, nous espérons en apprendre plus sur l’effet des lipides ingérés par la maman sur la qualité des bactéries de l’intestin de bébé.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’étude clinique ?

L’inclusion des volontaires dans l’étude ALLAITEMENT doit se faire entre le début du 2ème trimestre de grossesse et avant la 28ème semaine d’aménorrhées.

Les mamans intéressées pour participer à l’étude sont invitées à contacter le Dr. Bernard Schmitt au 06 47 88 54 20 pour vérifier leur éligibilité.

Pour tout autre demande d’informations sur l’étude : allaitement@bleu-blanc-coeur.com.

Les dernières actualités