C’est moins risqué d’avoir plus d’oméga 3 dans le sang !

Bleu-Blanc-Coeur

23/08/21
Accueil » Actualités » Santé humaine » C’est moins risqué d’avoir plus d’oméga 3 dans le sang !

C’est ce qu’il faut retenir d’une étude scientifique publiée cet été dans the American Journal of Clinical Nutrition et menée notamment par le Dr. Michael McBurney et le Dr. William Harris qui est intervenu à notre dernier symposium One Health. Le sang de 2240 volontaires (moyenne d’âge : 65 ans) a été analysé afin de déterminer quels marqueurs circulants peuvent indiquer un risque plus élevé de mourir, toutes causes confondues. Les chercheurs se sont plus particulièrement intéressés aux acides gras et ils en ont quantifié 27 différents dans le sang des volontaires qui ont été suivis pendant 11 ans.

Cette étude s’inscrit dans le suivi de la population de la ville Framingham (Massachusetts) qui observe depuis 1948 le risque cardiovasculaire de plusieurs générations d’habitants. C’est dans cette étude que l’hypertension, le tabac, le diabète et l’excès de cholestérol ont été identifiés comme des facteurs aggravant le risque cardiovasculaire.

oméga 3 dans le sang

Il a été observé qu’un taux sanguin plus élevé en EPA et DHA (deux acides gras oméga 3), est associé à l’équivalent de 1.2 à 4.7 années de vie supplémentaires. L’index oméga 3 (cumul du pourcentage d’EPA et DHA) a été mesuré dans le sang des volontaires ; les plus bas index relevés étaient inférieurs à 4.2% et les plus hauts index supérieurs à 6.8%.

L’acide myristique (acide gras présent notamment dans le lait de vache), est lui aussi associé à une réduction du risque de mortalité. Les auteurs pensent que l’acide myristique pourrait être le marqueur d’une bonne consommation de produits laitiers ; or consommer des produits laitiers diminue le risque de diabète de type 2 qui est une cause mondiale de mortalité.

D’ailleurs, l’équipe du Dr. Mc Burney souligne que tabagisme et diabète sont d’autres facteurs additionnels aux acides gras qui permettent d’affiner largement les prédictions de mortalité. Il est intéressant de noter également qu’une faible consommation d’oméga 3 est associée à un risque de mortalité similaire à une personne qui fume régulièrement.

Quel que soit son profil, avoir une bonne consommation d’oméga 3 (issus de sources alimentaires terrestres et marines) permet d’augmenter son index oméga 3 sanguin pour impacter positivement les pronostics !

Sources :

Les dernières actualités